La réalité climatique nous rappelle que tout un chacun doit avoir conscience à économiser les sources énergétiques. Plusieurs réponses existent pour que les effets sur la planète à long terme soient minimisées en répondant à la question : pourquoi l’homme doit réduire sa consommation d’énergie.

 

Dans un souci d’économie des ressources

 

Il est une règle trop souvent omise des acheteurs immodérés : tout bien de consommation qui n’a pas été conçu n’aura pas utilisé des ressources planétaires. Économiser l’énergie passe donc par limiter son impact sur la production d’objets. Moins vous consommez, plus vous rendez l’air respirable. Quand vous buvez de l’eau en bouteille, cette dernière a vu le jour grâce à du pétrole et a été transportée depuis une plateforme de logistique par des camions lourds consommateurs de gazole jusqu’à un hypermarché. Boire de l’eau du robinet démontre pourquoi l’homme doit réduire sa consommation d’énergie.

 

Dans un souci d’économie d’argent

 

Si vous avez un ami radin peu sensible au développement durable, faites appel à son pragmatisme financier pour le sensibiliser à l’urgence de préserver le thermomètre global à moins de 2°C d’ici 2050. Éteindre une lumière lorsque l’on quitte une pièce, mettre en veille au minimum la nuit ses appareils électriques énergivores (box internet, télé, imprimante, etc.), prendre son vélo des courts déplacements… sont quelques exemples parmi d’autres faciles à appliquer pour moins polluer tout en réduisant sa facture de fournisseur d’électricité ou pour passer moins régulièrement à la pompe. Évidemment, le vrai pragmatisme appelle à la responsabilité des industriels, professionnels du secteur de l’aviation et transporteurs puisque plus de la moitié des émissions de CO2 proviennent des déplacements liés à l’énergie fossile. Pour rappel, l’émission de dioxyde de carbone (nombreuse dans le pétrole transformé) est l’un des premiers points noirs du réchauffement climatique. Si nous pouvons en tant que citoyen diminuer notre empreinte écologique tout nous faisant économiser de l’argent, pourquoi s’en priver ?

 

Dans un souci de vivre sereinement d’ici la fin du siècle

 

Sans devenir inévitablement végétarien, gardez à l’esprit que 13.500 litres d’eau sont nécessaires pour produire un kilo de viande de bœuf. Au moment d’acheter une offre « deux tee-shirts pour le prix de trois », pensez que 5.263 litres d’eau sont puisées pour un kilo de coton. Ajoutez à cela un appel à la sous-estimation des conséquences climatiques par 59 chercheurs de dix-sept pays – publié dans Nature Geoscience (juin 2018) – et vous comprendrez les changements des écosystèmes entameront la migration en haute altitude et vers les pôles. Le hic, c’est que le réchauffement supplémentaire lié à la fonte du permafrost en Antarctique émettra du gaz carbonique et du méthane. Voilà pourquoi l’homme doit réduire sa consommation d’énergie.

Fermer le menu